INVENTAIRE
ET CONSERVATION
DES FORêTS MILITAIRES
à CARACTèRE PATRIMONIAL
EN GRAND EST

 

 

 

 

Lorraine Nature Environnement s'intéresse depuis longtemps à la gestion et la protection des forêts militaires du Grand Est (cf. encart du guide En passant par la forêt Grand Est, 2017). Cette volonté se concrétise aujourd’hui par ce projet, dont l’objectif est de contribuer à la protection des sites militaires comportant des boisements à haute valeur écologique et patrimoniale.

 

Une richesse régionale à préserver

 

Les forêts et friches militaires sont particulièrement nombreuses en Région Grand Est, particularité régionale qui s’avère aujourd’hui une véritable force. Au-delà des grands espaces boisés situés dans les camps militaires toujours actifs, elles sont souvent associées aux fortifications (anciens camps retranchés de Metz, Toul, Verdun …) et aux emprises de la ligne Maginot.

Aujourd’hui, une partie de ces sites n’est plus utilisée par l’armée et constitue un réservoir de biodiversité particulièrement important à l’échelle régionale. La plupart de ces espaces sont en effet restés inexploités depuis la fin de la première ou de la seconde guerre mondiale et peuvent donc être en libre évolution depuis plusieurs décennies. Ces forêts jouent un rôle essentiel dans la continuité écologique, faisant notamment d’elles des milieux importants pour les trames vertes, bleues et noires du Grand Est.

Ces milieux sont généralement interdits d’accès (certains encore en activité militaire) et bien souvent parsemés d’obstacles et de vestiges qui peuvent rendre leurs parcours dangereux pour le public. C’est pourquoi ils constituent, de facto, des refuges très appréciés par de nombreuses espèces forestières, animales et végétales, inféodées aux stades sénescents du cycle sylvigénétique et quasiment absents des forêts gérés. Les forts et souterrains associés offrent en outre des gîtes précieux pour les chiroptères.

Un objectif clair : œuvrer à la protection d’espaces exceptionnels

 

Ce projet pluriannuel vise à conserver voire améliorer la qualité biologique des sites à l’aide d’une gestion adaptée au sein d’une trame verte, bleue et noire fonctionnelle, contribuer à la connaissance de l’intérêt écologique et patrimonial des forêts militaires du Grand Est, sensibiliser les différents acteurs locaux et le public à leur préservation.

Cela nécessitera :

- de dresser un état des lieux complet des forêts militaires du Grand Est (écologie, patrimoine, histoire, enjeux),

- d’identifier des sites prioritaires après avoir défini consensuellement les critères de priorité en collaboration avec nos différents partenaires

Il sera aussi nécessaire de réaliser un état des lieux des forêts déjà vendues au cours des décennies précédentes afin de préciser leur situation actuelle souvent mal connue, et d’évaluer les possibilités d’y promouvoir des programmes de préservation de la biodiversité.

 

 

Une opération en plusieurs temps

La mise en œuvre de ce projet d’envergure nécessite une action en plusieurs temps :

 

  • Réalisation et rédaction d’un pré-inventaire patrimonial mettant en exergue la
    naturalité de la forêt (âge, exploitation, plantation …) ainsi que la richesse
    potentielle de sa biodiversité et son intégration dans un cadre plus global de
    trames vertes, bleues et noires et de continuités écologiques.

  • Réalisation d’une étude complète sur les sites les plus patrimoniaux : bibliographie,
    inventaires naturalistes, étude de potentialités, bilan carbone …

  • Rédaction de propositions de gestion avec les différentes parties prenantes, fixant des objectifs pour les différents usages du site et la préservation de la biodiversité. La libre évolution, constitue un objectif principal de gestion sur les secteurs patrimoniaux.

 

Un exemple de coconstruction

 

Un projet d’une telle ampleur nécessite de travailler en collaboration étroite avec de nombreux partenaires et acteurs du territoire, qu’il s’agisse d’organes de l’État, de gestionnaires, de propriétaires ou d’associations. Leur soutien sera essentiel pour mener à bien l’achèvement de ce projet ambitieux.

Nous tenons tout particulièrement à remercier pour leur confiance nos premiers financeurs que sont la Région Grand Est et la fondation IRIS.