top of page

Vous vous souvenez de la campagne sentinelle de la nuit ?

La nuit du 14 au 15 octobre dernier, nous réalisions une maraude de recensement des éclairages illégaux à Metz. Nous tenons à remercier l’ensemble des personnes qui nous ont accompagnées durant cette campagne. Votre investissement a porté ses fruits !


Pour rappel, l’éclairage des commerces, des enseignes et publicités après 1h du matin est interdit par la réglementation (L’arrêté du 27 décembre 2018 relatif à la prévention, à la réduction et à la limitation des nuisances lumineuses et le décret n°2022-1294 du 5 octobre 2022 sur les règles d’extinction relatives aux publicités et enseignes lumineuses). En effet, éclairer artificiellement la nuit est source de gaspillage énergétique et de nuisances pour le vivant (faune, flore et santé humaine).

Cette campagne de 2023 est la suite de la première campagne réalisée en 2022 en centre ville de Metz.


résultats :


Comparatif 2022/2023 des éclairages en centre-ville

On constate une diminution quantitative du nombre de commerce allumés mais également qualitative, en effet l’intensité lumineuse par commerce a diminuée. Mise à part dans les rues du Petit Paris et du Palais qui eux connaissent une augmentation du nombre de commerces allumés.




COMPARATIF De la proportion de commerces allumés selon les quartiers parcourus

Pour la campagne 2023, nous avons souhaité élargir le champ d'observation à d'autres quartiers, plus résidentiels: Gare, Sablon et Sainte-Thérèse.



Au total ce soir là, 243 commerces étaient allumés. Comme attendu, les quartiers les plus éclairés sont les plus commerçants et les plus fréquentés. Dans les quartiers plus résidentiels comme le sablon et Sainte-Thérèse les commerçants (faisant l'objet d'une extinction de l'éclairage public) ont tendance à éteindre leur éclairage, de plus ce n'est pas le même type de commerce qu'on y retrouve.


Répartition de la pollution lumineuse par source d’éclairage



La majorité des éclairages proviennent de lumières intérieures et externes telles que les enseignes ou les façades. Ces derniers ont plus d’impacts car ils émettent un éclairage plus intense sur la rue. Quant aux éclairages intérieurs, leur extinction répond d'avantage aux besoin de sobriété énergétique. Enfin, nous avons constaté qu’un bon nombre d’écran restent allumés avec une forte luminosité notamment les agences immobilières.



Conclusion sur la campagne 2023


Nous avons mené en 2023 une campagne de sensibilisation des commerces quant aux enjeux de la pollution lumineuse et du sur-éclairage. L'idéal est d'aller au delà de la réglementation en éteignant au plus tôt : UEM valorise les commerces éteints à partir de 22h par exemple. Le travail de l'association Les Amis de la Terre Moselle avec le dispositif Lights off (système de notation incitant les commerces à éteindre leurs lumières) a également porté ses fruits et participe grandement à l'amélioration constatée. Pour 2024, l'objectif est d'agir auprès des commerces qui maintiennent leur lumières allumées malgré la sensibilisation.

Comments


bottom of page